<$BlogRSDURL$>
Sauvage
mercredi, avril 07, 2004
 
"Il vaut mieux rêver sa vie que de la vivre, encore que la vivre ce soit encore la rêver."

(Proust: Les plaisirs et les jours)
 
La Trappe et la Souris
On a toujours besoin de mettre en scène les gestes et la cruauté de quelqu'un qui nous surpasse, sous ce rapport, afin de cacher notre propre déchéance et faiblesse morale.

Cela dit, comme dans les fables, le bon prédateur doit être rompu aux techniques suggestives servant à endormir sa proie.

Par contre, ceux qui assistent à la scène et font semblant de vouloir éviter le carnage, histoire de sauver leur propre réputation, sont vils et lâches.

Faute de toujours subir le silence médiatique dans ces situations, participer à tenter de combler ce déficit journalistique ne peut, j'ose le croire, être nuisible.

C'est ainsi que, enfin, la rouerie et l'hypocrisie dont firent preuve le Koweït et l'équipe du père Bush, avant l'intervention de l'opération Tempête du désert, et la lâcheté française, font tous deux l'objet du livre de Marc Boureau d'Argonne.

Jusqu'à maintenant, on supposait que le piège commençait avec le refus américain d'honorer ses engagements monétaires, suite au long conflit Iran/Irak. Et qu'il s'achevait dans l'assurance de la non-intervention formelle américaine si Saddam envahissait le Koweït.

Ce n'est pas tout à fait si simple. Il y a la participation koweitienne au scénario, qui voulut probablement en finir avec une menace permanente, engendrée par l'instabilité et l'imprévisibilité du raïs irakien.

Dans un premier temps, le Koweït exigea le remboursement rapide des frais encouru par la guerre, malgré l'état lamentable de l'économie de son voisin. Ce qui mit en furie, vu le manque de solidarité, la fibre arabe de l'Irakien. Et secondement, tant qu'à profiter de la situation, pourquoi ne pas pomper du pétrole "situé dans la zone neutre entre l'émirat et l'Irak".

La suite, l'acte d'histrion joué par la France, se conclut par l'annulation de contrats par des tiers pays arabes, mécontents de la roublardise gauloise.

Bref, des sanctions économiques bien méritées.

(Irak, Guerre ou assassinat programmé ? de Marc Boureau d'Argonne, édition François-Xavier de Guibert, Paris, 2002.)




Powered by Blogger